// EXPOSITIONS

 

 

VINCENT OTTIGER
UN INTIME CONFLIT 

 

L’artiste bullois Vincent Ottiger explore les limites de ses folies intérieures au travers de dessins, de peintures et d’objets. Une scénographie contemporaine des œuvres, imaginée par son fils Tancrède, a été mise en place dans l’ancienne église de la chartreuse. Vincent Ottiger est un peintre, graveur et dessinateur suisse qui vit et travaille dans le canton de Fribourg.

 

1er au 24 juin 2018 | Part-Dieu | L'église

Vernissage le vendredi 1er juin à 18 h

Mercredi – vendredi de 14 h à 18 h

Samedi – dimanche de 11 h à 18 h

JACQUES CESA & JEAN-NOÉ NOBS 
NOS CORRESPONDANCES | 
Techniques mixtes

 

Jean-Noé Nobs, qui vit avec la trisomie 21, et Jacques Cesa entretiennent une correspondance artistique. Chacun d'eux, au gré de ses humeurs et de ses envies, envoie à l’autre par courrier postal un dessin sur un thème qui est le point de départ pour une réponse également dessinée. Cet échange est entretenu sur un format imposé 15 x 15 cm. Cette correspondance, fruit d’un compagnonnage amorcé il y a quelques années entre les deux artistes, est aussi une magnifique réflexion sur la normalité et l’anormalité.

 

1er au 24 juin 2018 | Part-Dieu | L'étable

Vernissage le vendredi 1er juin à 18 h

Mercredi – vendredi de 14 h à 18 h

Samedi – dimanche de 11 h à 18 h

JEAN-LOUIS GÉTAZ (1931 - 2002)
RÉTROSPECTIVE
 

La 7e édition du Festival Altitudes a le plaisir et la chance d’accueillir à la Part-Dieu une collection privée d’œuvres de Jean-Louis Gétaz (1931 – 2002). Le peintre de Rougemont était une personnalité du Pays-d’Enhaut. Artiste autodidacte, cuisinier, bûcheron, il a parcouru le monde, découvrant la France, l’Italie, la Grèce, l’Espagne, le Portugal, les Etats-Unis, le Canada ou encore le Mexique. Si les scènes de la vie quotidienne et les paysages de sa région natale sont ses œuvres les plus connues, Jean-Louis Gétaz a également travaillé sur des sujets plus oniriques et poétiques, inspirés de ses nombreux voyages. Le Festival Altitudes est heureux de présenter ce volet moins connu, mais absolument passionnant, de l’artiste qui peint avec une liberté jubilatoire, oscillant ou mêlant sans cesse entre différents styles comme l’expressionnisme, le symbolisme ou l’esthétisme des Nabis. Les œuvres de Gétaz, dépouillées, presque ascétiques, avec des éclats de couleurs vibrantes et provoquantes, trouvent dans le corps minéral de l’ancienne chartreuse de la Part-Dieu une cimaise à la hauteur du talent de cet artiste inclassable.

1er au 24 juin 2018 | Part-Dieu | Bâtiment central et cloître

Vernissage le vendredi 1er juin à 18 h

Mercredi – vendredi de 14 h à 18 h

Samedi – dimanche de 11 h à 18 h

CADAVRES EXQUIS
EXPOSITION COLLECTIVE PARTICIPATIVE 

Le cadavre exquis est un jeu d'écriture ou un jeu graphique collectif inventé par les surréalistes, en particulier Jacques Prévert et Yves Tanguy, vers 1925. Le Dictionnaire abrégé du surréalisme en donne la définition suivante: «Jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu'aucune d'elles ne puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes.»

Altitudes propose à des artistes, mais aussi à l’ensemble du public de créer des cadavres exquis graphique et/ou littéraire avant et pendant le festival. Le résultat de ces combinaisons sera exposé dans l’une des caves de la Part-Dieu.

1er au 24 juin 2018 | Part-Dieu | Les caves

Vente des oeuvres au chapeau le dimanche 24 juin à 16 h

Mercredi – vendredi de 14 h à 18 h

Samedi – dimanche de 11 h à 18 h

AYSHA HAMOUDA
PERSÉPHONE 

Après avoir grandi à Gruyères, l’artiste Aysha Hamouda vit désormais à New York, où elle termine un master à l’Université de Syracuse. L’artiste investit les caves de la Part-Dieu pour y installer le projet «Perséphone». Elle y aborde les troubles de la dissociation perçus comme des états d’instabilité, des moments de questionnement de l’être et de ce qui l’entoure. Entre la prolifération des nouvelles technologies, la tourmente sociopolitique actuelle et l’émergence de l’ère post-vérité, la dissociation semble être devenue une condition culturelle. Le travail d’Aysha Hamouda se concentre sur l’illusion de notre perception, où la recherche de stabilité se construit à travers des plateformes collectives pour faire face à l’incertitude.

1er au 24 juin 2018 | Part-Dieu | Les caves

Vernissage le vendredi 1er juin à 18 h

Mercredi – vendredi de 14 h à 18 h

Samedi – dimanche de 11 h à 18 h

// INSTALLATION ET PERFORMANCE

 

 

JOD avec Ekliss et Thab Hasec
LA NEF DES FOUS 

Ekliss & Thab Hasec écrivent sept textes en lien avec «La Nef des fous» et en remettent un à JOD, alias Joël Dewarrat, un matin durant le festival. L’artiste visuel dispose alors de 48 heures pour réaliser une oeuvre de 3 mètres de haut sur 1,5 mètre de large en lien avec le texte. Cette correspondance se déroule sept fois durant le festival. L'artiste travaillera dans les jardins de la Part-Dieu. Le thème de «La Nef des fous» est connu dans la littérature contemporaine de Jérôme Bosch, qui a réalisé une oeuvre éponyme, et dans les traditions des Flandres au XVe siècle. Ces oeuvres font échos au «Das Narrenschiff» ou «La Nef des fous» de Sébastien Brant, dont la première édition paraît en 1494 à Bâle.

1er au 24 juin 2018 | Part-Dieu | Le jardin

Vernissage le vendredi 22 juin à 18 h

Mercredi – vendredi de 14 h à 18 h

Samedi – dimanche de 11 h à 18 h

© 2017 by altitudes  / Proudly created with Wix.com

  • Facebook Classic